Vélo 41 veut changer de braquet !

Publié le | Mis à jour le

Des administrateurs mobilisés pour faire aboutir leurs projets.

Des administrateurs mobilisés pour faire aboutir leurs projets.
© Photo NR

Lors de l’assemblée générale qui se tenait à La Fabrique devant une assistance toujours plus fournie, le président de Vélo 41, Christian Deblaise, n’a pas mâché ses mots : « L’association Vélo 41, créée en 2001, est actuellement à un tournant. Les demandes et le nombre d’adhérents sont croissants. Le développement des modes de déplacement doux et leur impact sur la santé et sur l’écologie sont reconnus. La politique de la ville prend en compte les difficultés des quartiers Nord en impliquant les habitants et en favorisant leur autonomie. Nous devons changer de braquet ! »
Compétences contre subventions Peut-être plus facile à dire qu’à faire. Ce projet passera obligatoirement par l’installation dans un nouveau local, les espaces mis à disposition à La Fabrique devenant trop étroits, et la création d’un emploi dont le financement est en cours d’étude. « Et cela tout en gardant notre autonomie » a ajouté le président. Pour s’en donner les moyens, l’association se prépare à répondre à des appels à projets émanant de la Ville, entre autres, lui permettant d’offrir ses compétences en échange de subventions. L’énoncé des activités par Cécile Bouquillion, secrétaire, était de nature à justifier cette décision.
L’atelier de vélorisation, devenu hebdomadaire, a réuni 18 personnes en moyenne. Les nombreuses rencontres avec les élus, tant municipaux que départementaux, toujours menées dans l’intérêt des usagers de la bicyclette, n’ont pas toutes été couronnées de succès mais ont bien mobilisé les administrateurs. Tout au long de l’année, Vélo 41 a participé à de multiples actions collectives (Gratiferia, Village des possibles, Fête de la récup’, etc.) Son partenariat avec le Crous et sa visibilité accrue sur les réseaux sociaux ont développé sa proximité auprès des jeunes. Une représentante de Cinécyclo a présenté un projet pour l’été 2018 requérant des pédaleurs volontaires sur plusieurs semaines en pays de Chambord. Laurence Desfougères, trésorière, a débuté la présentation du bilan financier par le rappel de chiffres. Celui des adhérents, 150, et celui de la valorisation du bénévolat, 7.500 €, tous deux en nette augmentation par rapport à l’an passé. L’exercice comptable est quant à lui à l’équilibre. 
L’atelier d’autoréparation est ouvert tous les mercredis de 17 h 30 à 19 h 30 à la Fabrique 7, rue d’Auvergne (entrée par la cour). Vélo 41 est plus que jamais demandeur de vélos encore assez bons pour être réparés (02.54.56.14.24. velo41@fubicy.org). 


 

Cinécyclo a fait escale à la Fabrique

05/06/2017
 
Pour faire tourner l'appareil de projection, il faut pédaler, comme dans la brousse. - Pour faire tourner l'appareil de projection, il faut pédaler, comme dans la brousse.
 
Pour faire tourner l'appareil de projection, il faut pédaler, comme dans la brousse.
 
Pour faire tourner l'appareil de projection, il faut pédaler, comme dans la brousse.
 

L'association Vélo 41 a accueilli mercredi soir, à La Fabrique, Vincent Hanrion, globe-trotter à pédales, pour une séance de cinéma assez atypique en présence d'une trentaine de spectateurs. Vincent a fondé son association Cinécyclo en 2014 avec l'objectif de « faciliter l'accès au cinéma dans des zones isolées. » Sa première tournée de cinéma-vélo s'est déroulée au Sénégal en 2015, au cours de laquelle il a parcouru 3.000 km en 6 mois, dans les coins les plus reculés du pays. Il y a aussi rencontré Yoro Diallo qui l'a accompagné pendant tout le périple et qui reproduit le concept actuellement au Sénégal. C'est d'ailleurs pour soutenir son action que Vincent réalise depuis trois tournées par an dans toute la France. Au guidon de son « vélo-cargo » d'un poids total de 80 kg, il parcourt le territoire au gré des demandes d'associations, de communes ou de particuliers, ce qui lui occasionne de « riches rencontres, en des lieux parfois insolites ». Il n'oubliera pas de sitôt la soirée troglodytique au Gué-du-Loir ! Les spectateurs français ont droit aux mêmes conditons que les Africains. Tout comme dans la brousse, le cyclo-cinéaste les sollicite pour faire tourner son appareil de projection. Au programme du jour, trois films dont« L'étranger et l'enfant peul », réalisé par Vincent lui-même racontant sa rencontre avec Yoro, et « Binta et la bonne idée », de Javier Fesser, une histoire tournée en Casamance sur la délicate question de la scolarisation des filles.
www.cinecyclo.com
Cor. NR : Chantal Lané

Vélo 41 : la sécurité encore et toujours

09/02/2017 05:36
Une équipe dynamique, au service de la cause des cyclistes. - Une équipe dynamique, au service de la cause des cyclistes.Une équipe dynamique, au service de la cause des cyclistes.
 
Une équipe dynamique, au service de la cause des cyclistes.

L'assemblée générale de l'association Vélo 41 a eu lieu mercredi dernier dans les locaux de la Fabrique. Ainsi que l'a démontré le président Christian Deblaise dans son rapport moral, ses dirigeants poursuivent plus que jamais les objectifs initiaux visant toujours plus de sécurité pour l'usager cycliste et toute action en vue de sa défense. Les nombreux dossiers, menés auprès des élus municipaux, communautaires ou départementaux en témoignent, qu'il s'agisse du projet d'accès routier aux centres commerciaux Leclerc et Leroy Merlin, des travaux d'accès à la polyclinique ou encore du chantier ACVL (aménagement cœur de ville-Loire) rue Denis-Papin. Concernant ce dernier, le président s'est montré clair : « La zone de rencontre, avec vitesse limitée à 20 km/h, n'est ni connue ni respectée des automobilistes. Il y a une nécessité impérative de communiquer autour de cette signalisation. » Il a également fait part de son inquiétude concernant les aménagements prévus pour 2017-2018 avenue Wilson. Sur ce point, il est prévu de solliciter l'avis du Cerema, centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (direction territoriale Norqandie-Centre).
Heureusement, des points positifs sont venus éclairer le bilan : la liaison cyclable sécurisée entre le pont François-Mitterrand, le centre aquatique Agl'eau et le lycée horticole, les sas vélo qui permettent aux cyclistes de se positionner devant les voitures aux feux tricolores, les doubles sens cyclables ainsi que le panneau « tourne à droite ». L'atelier vélorisation reste l'action-phare du rapport d'activités, présenté par Cécile Bouquillion, secrétaire. En un an, il a vu sa fréquentation augmenter de 30 % et passera de deux séances mensuelles à une séance hebdomadaire sous peu. Bien d'autres actions ont mobilisé les bénévoles de Vélo 41 : Mécabis lors des quartiers d'été, Tous à l'Agl'eau en septembre, la vente de vélos aux étudiants en partenariat avec le Crous (*) ainsi que l'opération « Cyclistes, brillez » qui rencontre toujours un grand succès. Dans les cartons de l'association, le projet d'embauche d'un service civique pour lequel une demande de subvention a été présentée. La gestion financière, assurée par Laurence Desfougères, permet à l'association d'envisager son avenir avec sérénité. La rencontre s'est poursuivie avec l'élection de deux nouveaux administrateurs, Lucien et Sylvain.

(*) Pour cette action, Vélo 41 recherche en permanence des vélos à réparer (pas à l'état d'épave de préférence).

 

La voirie est aussi pour les piétons

13/12/2016 05:38
Au micro, un cyclo-randonneur venu de Grenoble.
 
Au micro, un cyclo-randonneur venu de Grenoble.

A l'auditorium de la bibliothèque de l'Abbé-Grégoire, un après-midi d'information et d'échanges a réuni une trentaine de personnes de la région, et de plus loin, autour du thème « Les règles évoluent - Mieux partager l'espace public ». En association avec la Ville de Blois, Agglopolys et l'association Vélo 41, les chargés d'études Julien Lecointre et Sébastien Trejbal, du Cerema Normandie-Centre (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement) ont présenté le programme partenarial « Une voirie pour tous » qui promeut une gestion apaisée des conflits d'usage donnant toute leur place aux plus vulnérables, piétons et cyclistes.

Depuis 2006, une évolution réglementaire s'est concrétisée au travers de nouveaux outils d'aménagement comme les zones 30, les zones de rencontre et, plus récemment le Pama (Plan d'action des mobilités actives). Ces textes législatifs touchent plusieurs codes (urbanisme, travail, route…), leur donnant une dimension transversale qui concerne l'ensemble des acteurs œuvrant pour une mobilité durable : collectivités, services de l'Etat, associations et professionnels. Pour aborder le sujet au niveau de notre territoire, Jean Gasiglia, conseiller délégué au transport d'Agglopolys, a rappelé la politique volontariste de la communauté d'agglo pour que « la marche à pied et le vélo deviennent une alternative crédible ». Geneviève Émonet, chargée de mission à Agglopolys, a présenté un état des lieux des itinéraires cyclables, avec ses avancées, ses enjeux forts et ses points perfectibles, zoomant entre les souhaits et l'existant. Ce fut ensuite au tour de Christian Deblaise, président de Vélo 41, de présenter un diaporama de « 50 points » classés en tenant compte de leur dangerosité et de leur intérêt pour les cyclistes : « Il en ressort que les premiers points, les plus importants à nos yeux, sont en majorité situés aux sorties de Blois » a-t-il précisé. Les questions-réponses qui ont suivi chaque intervention ont mis en évidence la nécessité de prendre de nouvelles habitudes : « Il est crucial, a déclaré un cycliste berruyer, d'arrêter de construire des logements en périphérie des centres commerciaux. »

Cor. NR : Chantal Lané


Article paru dans la Nouvelle République du 1er Décembre 2016-12-04
Réparer plutôt que jeter. Village de la réparation le samedi 26 novembre.

Les exposants artisans réparateurs et les élus du Syndicat mixte Val-Eco et de la CMA du 41.
 
Les exposants artisans réparateurs et les élus du Syndicat mixte Val-Eco et de la CMA du 41.
 

Samedi matin à l'heure du marché en centre-ville, les chalands pouvaient s'attarder aux étals d'un village de la réparation. A l'initiative de cet opération : le syndicat mixte Val-Eco en partenariat avec la chambre de métiers de l'artisanat de Loir-et-Cher.

Promouvoir les artisans réparateurs du Blaisois et communiquer auprès du public sur l'intérêt de faire réparer ou restaurer, donc de moins jeter, était le double objectif de cette manifestation organisée dans le cadre de la Semaine européenne de la réduction des déchets. Pour démontrer non seulement l'utilité de cette démarche mais surtout son efficacité, des professionnels et une association installés sur le périmètre de l'agglomération étaient présents. Parmi eux Cécile Troispoux, de « l'atelier de Cécile » basé à Monthou-sur-Bièvre qui avait apporté quelques exemplaires de mobiliers patinés ou cérusés par ses soins. « Je restaure des meubles à la demande ou je récupère ce dont les personnes veulent se débarasser en leur redonnant une seconde vie pour en faire profiter d'autres ! » Thierry Richoudeau se tenait également à disposition du public. Il vient de créer BECAtronic et exerce dans le quartier Vienne où il dépanne  tout support électronique défaillant sur appareils ménagers en complément de ce que pratique « Blois Dépannage,» présent également sur le stand. « Je viens de m'équiper d'un imprimante 3D professionnelle pour refaire des pièces qui ne sont plus disponibles sur le marché », précise-t-il.
Vélo 41, association dont le but est d'apprendre aux cyclistes  l'entretien et la réparation des vélos pour en faciliter l'usage par le plus grand nombre comptait aussi parmi les exposants. Brigitte découvre par un heureux hasard la manifestation « quand on sait ce qui se jette en déchetterie, c'est vraiment une démarche à encourager !»

Un annuaire du réemploi, de la réparation et de la location d'objets est consultable sur le site valeco41.fr
Cor. NR : M.M.
http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2016/12/01/Reparer-plutot-que-jeter-2922105


Article de la Nouvelle République du 26/10/2016:

Succès pour la vente de vélos aux étudiants

 
Des vélos en bon état qui ont vite trouvé preneurs. 
 
Des vélos en bon état qui ont vite trouvé preneurs. 
 

Pour une première ce fut une réussite ! Fruit d'un partenariat entre le Crous Orléans-Tours et l'association Vélo 41 l'opération de vente de vélos aux étudiants, organisée en deux temps, la semaine passée, a fait des heureux. « Nous avons reçu du Crous, fin septembre, une quinzaine de vélos, tous en mauvais état. Certains étaient irréparables, mais dix d'entre eux ont pu être restaurés par six de nos bénévoles. Ces interventions ont permis de les proposer à la vente à très petits prix, entre 20 et 25 € pièce », précisait Cécile Bouquillion, secrétaire de l'association. Jeudi dernier, sur l'esplanade de la Chocolaterie, à l'heure de midi, seuls deux vélos restaient à acheter, les huit autres étaient partis comme des petits pains, le mardi précédent, au Crous, rue Anne-de-Bretagne.

Alicia, étudiante en 1re année à l'ENSP est la première à saisir la bonne affaire. « J'habite sur les quais et c'est avec un vélo qu'on me prête gentiment que je me déplace quotidiennement. Il faut absolument que je m'équipe et à ce tarif-là, je n'hésite pas ! » Son collègue de promotion Marcy, lui aussi, saute sur l'occasion. Une fois les ultimes réglages réalisés avec l'équipe de Vélo 41, il n'a qu'une hâte « être plus indépendant et pouvoir me déplacer dans la ville facilement. »

Pour gagner en autonomie

C'est à l'initiative de Franck Bouzeau, directeur des résidences et du restaurant universitaires de l'antenne blésoise du Crous, que cette démarche a été lancée, indiquait Laurence Guilbault, de la Maison des étudiants. Pour ce faire, les précautions d'usage ont été prises. « Ces bicyclettes, très dégradées, étaient abandonnées dans les locaux à vélos de nos résidences. Courant juin, des étiquettes ont été apposées sur ces vélos informant les étudiants qu'ils seraient déstockés à la rentrée s'ils n'étaient pas repris avant. Grâce à l'action de Vélo 41, les étudiants, nouvellement arrivés à Blois, peuvent ainsi gagner en autonomie de déplacement. »
Cette opération qui facilite la vie quotidienne de ces jeunes tout en contribuant au développement durable a vocation à être renouvelée. « Elle correspond tout à fait à nos objectifs, rappelait Christian Deblaise président de Vélo 41, ce qui explique notre recherche constante de vélos pour les remettre en état et les proposer à petits tarifs aux personnes à faibles ressources. Que les propriétaires qui souhaitent se débarrasser de leurs vélos, n'hésitent pas à nous les apporter ou à nous contacter ! » D'autant que l'association ne fait pas que réparer, elle apprend également à ses adhérents à entretenir leur équipement et a pour projet d'apprendre aux cyclistes (adultes) à faire du vélo en ville.

Vélo 41, 7, rue d'Auvergne. Atelier « vélorisation » ouvert les 1er et 3e mercredis de 17 h 30 à 19 h 30. Contact et informations sur le site : vélo 41.wifeo.com Adhésion annuelle au tarif de 5 € pour les étudiants. 
http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/Education/n/Contenus/Articles/2016/10/26/Succes-pour-la-vente-de-velos-aux-etudiants-2882751

 

Mince, ça veut dire quoi ce panneau déjà
le 17/08/2016

 
Le vélo peut passer au feu rouge s'il va tout droitEn période estivale, les cyclistes sont plus nombreux à circuler. Rappel de quelques règles de conduite et de sécurité pour tous les usagers de la routeDifficile d'être exhaustif et donc de présenter toutes les règles de circulation concernant les vélos, et par conséquence les automobilistes. Avec cette petite sélection en cinq points, la NR propose de vous rafraîchir la mémoire afin que tous les usagers – vélos, piétons et automobilistes – partagent la route en toute sécurité.

>>  Testez vos connaissances grâce à ce quiz

 1. Le sas vélo. Les sas vélo permettent aux cyclistes de se positionner devant les voitures aux feux tricolores. Ce sont des espaces délimités par des lignes et par une plage de couleur blanche ou verte. Les véhicules motorisés ont l'obligation de s'arrêter avant le sas. « Le cycliste n'est pas dans la file de voiture. Il peut tourner à gauche en toute sécurité », explique Christian Deblaise, président de l'association Vélo 41, qui déplore qu'encore beaucoup trop d'automobilistes s'arrêtent sur ces espaces. Les sas permettent aussi aux cyclistes d'être plus visibles et d'éviter les accidents liés aux angles morts avec les poids lourds par exemple.

2. Le double sens cyclable. Dans certaines rues à sens unique pour les voitures, les cyclistes peuvent, eux, circuler dans les deux sens. Ces doubles sens cyclables sont signalés par un panneau carré à fond bleu avec des flèches dans les deux sens et un vélo sur l'une d'elle. Pour Christian Deblaise, « tout l'intérêt des doubles sens, c'est que le cycliste voit le danger en face ». Autre atout, ces axes permettent parfois d'éviter d'autres voies beaucoup plus dangereuses pour les vélos.

3. Les panneaux aux feux tricolores. Sous certains feux tricolores se trouvent des panneaux triangulaires avec un vélo jaune sur fond blanc. Ce panneau autorise les cyclistes à passer au feu rouge s'ils vont tout droit ou s'ils tournent à droite, les flèches sous le vélo indiquent les directions possibles. Les piétons restent cependant prioritaires.

4. Les zones de rencontre. Ce sont des espaces où cohabitent vélos, piétons et voitures. Le panneau est carré avec un piéton, un vélo, une voiture sur le fond bleu. Les piétons, qui peuvent marcher sur la chaussée même s'il y a des trottoirs, sont prioritaires par rapport aux vélos et aux voitures. La vitesse est limitée à 20 km/h.

5. L'équipement obligatoire. Les vélos doivent avoir deux freins (un à l'avant, un à l'arrière), un feu avant jaune ou blanc et un feu arrière rouge. Ils doivent aussi être équipés d'un avertisseur sonore, de catadioptres (dispositifs rétroréfléchissants) de couleur rouge à l'arrière, de couleur blanche à l'avant, de couleur orange sur les côtés et sur les pédales. Le port d'un gilet rétroréfléchissant est obligatoire pour tout cycliste (et son passager) circulant hors agglomération, la nuit, ou lorsque la visibilité est insuffisante.
F.V.
Article paru dans la Nouvelle République du
17/08/2016
 

Article de la NR du 15/12/2015 suite à la sortie des lucioles:
http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Communes/Blois/n/Contenus/Articles/2015/12/15/Les-lucioles-a-deux-roues-de-sortie-2565523


Nouvel article paru dans la Nouvelle République du 17 octobre 'les bons plans de VELO41"  http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Communes/Blois/n/Contenus/Articles/2015/10/17/Les-bons-tuyaux-de-Velo-41-2502556:



Dernier article paru samedi 5 septembre dans la Nouvelle République, concernant le gravage des vélos à Bloishttp://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2015/09/12/Un-velo-grave-c-est-un-vol-evite-2461886



Ci-joint le lien vers le potcast de l'interview de Christian Deblaise faite par la radio RCF le 3 juin 2015:
https://rcf.fr/actualite/loir-et-cher-velo-41-en-selle-pour-faire-la-promotion-de-la-bicyclette



Loir-et-Cher - Blois - Vie associative
Vélo 41 a le vent en poupe
21/03/2015 05:35
Réunie en assemblée générale vendredi dernier à la Fabrique rue d'Auvergne, l'association Vélo 41 a une nouvelle fois fait la preuve de son dynamisme et de sa bonne santé. Avec sa soixantaine d'adhérents, trente-neuf individuels et vingt familles, elle occupe bien sa place sur le territoire blésois en rencontrant régulièrement les élus comme en témoigne son rapport d'activité. Elle a notamment participé de manière active à l'élaboration du Schéma directeur cyclable avec le conseil général pour appuyer la prise en compte des cyclistes dans les projets d'aménagement de la rocade de Blois. Ce qui autorise son président sortant, Christian Deblaise, à affirmer : « Notre présence et notre expérience sont de mieux en mieux prises en compte par nos interlocuteurs institutionnels ».
Les résultats se traduisent en termes de sécurité, de stationnement et de services dans divers points de la ville. Dans son atelier de « vélorisation », où l'on apprend à réparer soi-même son vélo, sont également retapés les vélos qu'on lui donne, lesquels seront vendus à petit prix. Dix-huit bicyclettes ont ainsi été vendues en 2014 à un prix moyen de 25 € : « Par ce biais, indique Christian, nous continuons à intégrer des usagers des associations du domaine social ou de l'insertion, pour lesquels le vélo est souvent le premier moyen leur permettant d'accéder à l'autonomie ».
Dans les projets de Vélo 41, une sortie printanière en Val de Cisse ainsi que deux opérations qui auront lieu à l'automne : « La sortie des lucioles », promenade nocturne en ville, et « cyclistes, brillez ! » cette dernière visant à sensibiliser les usagers à l'importance d'être vus. Elle sera réalisée en centre-ville, à la gare ainsi que dans différents collèges.
L'atelier « Vélorisation » fonctionne le 1er et le 3e mercredi du mois, de 17 h 30 à 20 h, à La Fabrique 7, rue d'Auvergne.
Services annexes : prêt de remorque, vélo-école, marquage contre le vol. Vélo 41 est toujours demandeurs de vélos usagés et de pièces détachées.
Contact, par mail de préférence : velo41@fubicy.org (en cas d'urgence : 02.54.56.14.24).
Cor. NR : Chantal Lané


Vous pouvez écouter l'émission de radio diffusée sur studio ZEF présentant notre association et particulièrement l'atelier vélorisation : ici


Article NR: Les cyclistes mauvais élèves de la route ?
article_NR_19-12-2014

Loir-et-Cher
Une pratique responsable et autonome
03/05/2014 05:30
 
  A chaque pratique son vélo : état des lieux pour choisir
Nos interlocuteurs sont unanimes : pour faire du vélo, il faut être attentif à la sécurité. Les associations du département s'en préoccupent. Par exemple, Vélo41 (*), particulièrement attachée à la pratique responsable, autonome… met en place plusieurs pratiques dans ce sens.
Atelier. L'association propose un atelier « vélorisation », qui permet de valoriser les vieux vélos, « mais surtout de permettre aux gens d'apprendre à réparer eux-mêmes », confie Christian Deblaise, président de Vélo41. Outils et pièces détachées sont prêtés, et des conseils utiles distillés. Une manière participative de permettre à tous « de se sentir responsable et concerné ». Ateliers deux fois par mois, à La Fabrique, 7, rue d'Auvergne à Blois.
Formation. Un formateur diplômé FUB (Fédération des usagers de la bicyclette) enseigne aux adultes n'ayant jamais fait de vélo à circuler dans la ville, et au code de la route spécifique au cycliste. Une remise en selle souvent utile. Sur rendez-vous.
Vente. Là encore, les associations peuvent proposer des ventes de cycles d'occasion. A Vélo41, les prix varient de 20 à 50 € en moyenne.
Enfin, de nombreuses sorties sont proposées.
(*) http://velo41.wifeo.com/ L'adhésion est de 10 €/an par personne et 15 €/an pour une famille.
N.M.


Vélo 41 : satisfaction et mécontentement

20/03/2014 05:38
 
Une partie de l'auditoire.
 

Vélo 41 tenait son assemblée générale vendredi dernier : l'association se porte bien, même si peu d'adhérents participaient à ce rendez-vous annuel.

Le président Christian Deblaise a exprimé certains points de satisfaction comme l'ouverture du garage à vélos à la gare (avec gonfleur et prise électrique) ainsi que le nouveau plan d'actions du ministère des Transports qui vise, en 25 mesures, à faciliter la coexistence entre cyclistes et automobilistes en milieu urbain.
Mais des sujets de mécontentement existent aussi. « Les projets du conseil général à Blois et autour de Blois ne prennent pas du tout en compte la pratique du vélo et l'intérêt des cyclistes. Nous allons poursuivre nos rencontres et nos propositions concernant les aménagements. »
L'atelier « Vélorisation » fonctionne bien mais pour l'ouvrir plus souvent, il faudrait de nouveaux volontaires. L'association possède un stock de vélos, tous en état de marche, mis en vente entre 20 et 50 €.
Elle a, par ailleurs, multiplié les contacts avec des associations du secteur social blésois. Celles-ci se sont montrées intéressées tant par l'achat de vélos que par la participation de leur public à l'atelier lui-même.
Au programme des propositions, le président a évoqué l'idée d'une sortie trimestrielle destinée à faire découvrir les nouveaux aménagements cyclistes ainsi que les quartiers moins connus.
Son rapport moral ainsi que le rapport financier (résultat positif en 2013) et le rapport d'activité ont été adoptés à l'unanimité.
Après la réélection des membres sortants, le bureau se compose de : Christian Deblaise, président, Emmanuel Fourmond et Antoine Thiercelin, vice-présidents, Cécile Bouquillion, secrétaire, et Laurence Desfougères, trésorière.

Vélo 41 : « La Fabrique » 7, rue d'Auvergne ; nouveau site Internet : http://velo41.wifeo.com/; tél. 02.54.56.14.24 et 02.54.42.31.42 ; mail : velo41@fubicy.org ; l'association est affiliée à la Fédération des usagers de la bicyclette.

Cor. NR : Chantal Lané

Stationeo accueille les vélos en gare

26/02/2014 05:35
 
 
Cinquante emplacements sécurisés sont disponibles à l'intérieur du local, protégé de la pluie et des intrusions malveillantes, et même des tags et affiches sauvages grâce à ses parois en tubes.
 

La curieuse construction visible dans le prolongement du bâtiment de la gare SNCF de Blois n'est pas un poulailler, mais un garage à vélos. Ses parois en tubes métalliques façon chambre de dégrisement dans un commissariat de police pourraient laisser penser le contraire, mais les équipements installés à l'intérieur lèvent toute ambiguïté : 50 emplacements pourvus d'arceaux et de barres d'accrochage, des prises pour recharger les modèles électriques, un gonfleur en libre-service.
Il y a même un regard central pour évacuer l'eau qui, les premiers temps, avait une fâcheuse tendance à stagner sur la dalle de béton.

Voulu et financé par Agglopolys et la ville de Blois, le local est géré par Stationeo qui, pour faciliter son lancement auprès des usagers, a décidé de le laisser en accès gratuit pendant les deux premiers mois. Par la suite, il faudra disposer d'un badge pour ouvrir la porte, munie d'une fermeture magnétique. Il en coûtera 8 € pour un mois, 15 € pour un trimestre, 40 € pour une année.
« L'objectif, c'est d'inciter un nombre croissant de personnes à utiliser le vélo pour leurs déplacements urbains ou interurbains » ont souligné à l'unisson Christophe Degruelle et Marc Gricourt en présentant l'équipement lundi après-midi. Si sa fréquentation monte en puissance, un dispositif simple d'accrochage permettra de doubler sa capacité.
Le stationnement sécurisé fait partie des priorités formulées par les adeptes du deux-roues. Une réflexion est d'ailleurs en cours pour implanter un second garage dans le cœur historique de Blois, à l'intention des usagers de la Loire à vélo.

Bon plan : l'atelier de réparation de Vélo 41 (à la Fabrique, 7, rue d'Auvergne) propose des vélos à la vente à tout petit prix (20 à 30 €).

Jean-Louis Boissonneau

Article de la NR suite à l'assemblée Générale 2014:
article_NR_AG2014

Loir-et-Cher - Blois - Transports
Vélo 41 : circuler à vélo en ville, c'est bien mais...
04/01/2014 05:41

Antoine Tiercelin et Christian Deblaise ont répertorié les points noirs sur le plan de la ville.
Circuler à Blois à vélo semble de plus en plus aisé si l’on en croit Vélo 41 qui souligne le travail accompli, tout en pointant celui qui reste à faire.
Depuis 2001, les membres de Vélo 41 s'attachent à « promouvoir et faciliter l'utilisation du vélo urbain et périurbain à Blois et ses alentours ». Aujourd'hui, l'association forte d'une cinquantaine d'adhérents constate, par la voix de son président Christian Deblaise, que des avancées ont été faites pour le vélo dans la ville. Au chapitre des satisfactions, pêle-mêle, la signalisation, avec notamment les petits panneaux triangulaires apposés aux feux tricolores indiquant que les cyclistes peuvent tourner à droite ; les double-sens cyclables – « On voit les automobilistes arriver, on voit le danger » –, et les progrès accomplis dans les quartiers centre, Vienne et Provinces.
Outre un mode de déplacement écologique, les défenseurs de la cause cycliste mettent en avant que « circuler à vélo en centre-ville est plus rapide que n'importe quel autre moyen de transport ». Arnaud Tiercelin enfourche quasi quotidiennement son deux-roues pour se rendre de La Chaussée-Saint-Victor à Blois et double les véhicules motorisés comme qui rigole. Notamment grâce aux nouveaux panneaux de signalisation. « Le problème, c'est qu'on manque d'informations. Ça nous arrive de nous faire klaxonner quand on tourne à droite. » Le « on », désignant les automobilistes, peu au fait des avancées législatives concernant la circulation à vélo. Et souvent pointés du doigt par les cyclistes en matière de sécurité. Trop pressés, trop nombreux, trop égoïstes, pas attentifs… La liste de leurs défauts est longue mais atténuée par les aménagements accomplis en faveur des cyclistes.
Cinquante points noirs
Toutefois, tout n'est pas si rose, tempèrent Christian Deblaise et Arnaud Tiercelin. Nombre de points noirs subsistent encore dans les zones où la circulation est la plus rapide et dense. « Sur un plan de Blois, nous avons recensé cinquante points qui posent problème. Le classement est la somme de la fréquentation et du danger », expliquent-ils. A cette liste, il faut en ôter sept dont les difficultés ont été aplanies, dont le carrefour Médicis, le pont Jacques-Gabriel et le rond-point de la Résistance ou l'avenue de l'Europe. En revanche, « accéder à Blois II, la polyclinique et Cap'Ciné », s'avère particulièrement dangereux. Des aménagements très attendus par l'association dont les membres regrettent parfois « le manque de concertation avec les élus », en raison notamment de l'entremêlement des compétences entre Ville, Agglo et conseil général pour les sorties de ville et au-delà, même s'ils « reconnaissent le travail accompli ». Du coup, ils comptent bien s'inviter dans la campagne municipale en questionnant chaque liste sur leur projet vélo.
 Vélo 41 propose aussi un atelier réparation et un vélo école pour apprendre à circuler en sécurité. Site : velo41.wifeo.com

Précision: il faut lire Antoine Tiercelin et non Arnaud


Blois Mag :


Un atelier « Vélorisation » à La Fabrique
 

L’association VELO41 vient de créer un atelier de réparation de vélos « Vélorisation », à l’Espace Jeunes La Fabrique, au 7, rue d’Auvergne. Le but : apprendre au public à réparer et entretenir son vélo. Des outils, des supports et des pièces sont mis à disposition des participants. L’activité est encadrée par les bénévoles de VELO41 qui proposent aide et conseils. Atelier ouvert aux adhérents de VELO41 (adhésion possible sur place : 10€) ou de La Fabrique. Le président Christian Deblaise insiste sur l’aspect participatif et convivial de l’atelier, ouvert le 1er samedi (14h-18h) et le 4e lundi du mois (17h30-20h30). L’atelier récupère tous les vélos plus utilisés afin d’en recycler les pièces ou de les remettre en état.

Renseignements : velo41@fuciby.org



Nouvelle République :
 

Atelier " Vélorisation ", ça roule !

29/03/2013 05:35

Initié par l'association Vélo 41 (lire la NR du 13 mars) le premier atelier de réparation « Vélorisation » s'est déroulé lundi soir à la Fabrique. « C'est Antoine Tiercelin, membre de notre association, qui a vu ce type d'atelier fonctionner aux Etats-Unis et à partir de cette expérience nous avons décidé de la reproduire », indique Christian Deblaise, président. « L'objectif principal est de sensibiliser le public à la sécurité et à l'équipement obligatoire du vélo. » Pour ce faire un contrôle technique du vélo est réalisé à réception et en fonction du diagnostic, le propriétaire le répare avec les conseils et l'aide d'un bénévole. Un support servant de poste de travail et les outils nécessaires aux interventions sur le vélo sont mis à disposition du public adhérent à l'association. Benjamin est venu pour un diagnostic de son VTT. « J'utilise tous les jours mon vélo pour aller au travail, je l'ai acheté d'occasion et il me rend bien des services. Je sais l'entretenir mais je pense qu'il a besoin de quelques réparations. »
Pour les vélos à assistance électrique, Christian Deblaise précise « Nous ne sommes pas agréés pour intervenir sur la motorisation mais sur les problèmes mécaniques, pas de problème » et il ajoute « les personnes qui ont des vélos non inutilisés peuvent nous les donner. Pour nous c'est un moyen de récupérer des pièces détachées mais aussi d'en réparer certains pour les vendre à prix modique et ainsi inciter un plus grand nombre à se déplacer par ce moyen. »

Atelier " Vélorisation " situé à la Fabrique, 7, rue d'Auvergne. Ouvert le 1er samedi du mois de 14 à 18 h et le 4e lundi du mois de 17 h 30 à 20 h 30.
Contact : velo41@fuciby.org

L'atelier " Vélorisation " de Vélo 41

02/11/2013 05:38

Michèle a encore besoin d'aide.

Un atelier où le client est invité à mettre la main à la pâte, ce n'est pas banal. C'est la formule originale que propose Vélo 41 depuis le printemps dans son atelier de « Vélorisation ».
Rattachée à « Heureux Cyclage », le réseau des Ateliers vélo participatifs, et membre de la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB), cette association, créée il y a 13 ans, s'efforce de promouvoir l'usage du vélo au quotidien. L'idée de cet atelier revient à l'un de ses membres, Antoine Tiercelin, qui a vu le concept fonctionner au Guatemala. Avec l'aide de bénévoles au savoir-faire déjà éprouvé, les adhérents viennent entretenir et réparer leur vélo eux-mêmes.
Le président, Christian Deblaise, est très clair : « 
Le but n'est pas de faire le travail à leur place, mais de les rendre autonomes ». En plus de recevoir des conseils avisés, l'outillage nécessaire est mis à leur disposition. Michèle est arrivée avec son vélo dont la roue arrière frottait : « Pour cette première fois, Emmanuel a fait le travail lui-même en m'expliquant ce qu'il faisait. La prochaine fois, je pense que je saurai me débrouiller. »
A ses côtés, Christine, les mains déjà bien noires, suit à la lettre les consignes de Pepito : « Maintenant, je pourrai faire le réglage de mes freins toute seule, mais je crois que je reviendrai ici, pour le plaisir, ils sont sympas. » Avec cet atelier, le président souhaite ouvrir Vélo 41 à d'autres associations : « Nous remettons en état des vélos que l'on nous donne et que nous pouvons céder à très bas prix. Ils peuvent être utiles à bien des personnes que nous ne pouvons pas joindre directement. » A ce titre, il rappelle que les vélos et les pièces détachées sont toujours les bienvenus à l'association qui n'en aura jamais trop.

L'atelier est ouvert à La Fabrique 7, rue d'Auvergne, le 1er samedi (de 14 h à 17 h 30) et le 4e lundi (de 17 h 30 à 20 h) de chaque mois.
Tél. 02.54.56.14.24 et 02.54.42.31.42 ; mail : velo41@fubicy.org
Cotisation annuelle : 10 euros.


 
Afficher la suite de cette page



Créer un site
Créer un site